Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
Captcha
Recopier le code :
107 Abonnés
Nouvelles classées
+ Année 2017
+ Année 2016
+ Année 2015
+ Année 2014
 -  Année 2013
+ Année 2012
+ Année 2011
Archives revue
Infos
Visites

 213343 visiteurs

 2 visiteurs en ligne


 

BANGUI : Edouard Tsimba dans l’insécurité

 

C’est  le dimanche des Rameaux que des « rebelles » ont pris la capitale Centre Afrique, et c’est ce jour également que notre confrère Edouard a été attaqué dans son bureau au Grand Séminaire. Je viens de le joindre par téléphone, il est toujours sous le coup de l’émotion et du stress. Ils ont tout, tout, tout pris dit-il, je n’ai même rien du pour payer les travailleurs. Je leur ai dit que j’étais seul dans la maison, ainsi, ils ont laissé les autres tranquilles ! C’étaient évidemment les clefs du véhicule qui les intéressaient, mais ils ont saccagé le reste. J’ai reçu un coup dans le dos, mais pas grave.

Les gens du quartier sont furieux, et ils nous ont persuadés de ne pas rester chez nous, c’est ainsi que nous avons longé chez eux pendant quatre jours, tout en venant de temps en temps voir ce qui se passe. Maintenant, nous sommes rentrés dans la maison, mais nous payons des militaires pour qu’ils gardent l’entrée. Régulièrement, des groupes viennent probablement pour piller, mais quand ils voient les soldats, ils passent outre.

Dans un autre quartier, les militaires fidèles sont venus chercher les missionnaires catholiques pour les rassembler, les protéger, et peut-être leur demander de s’éloigner du pays pendant un temps.

Plus loin, dans un hôpital, ils ont même jeté les malades hors de leur lit pour voler les matelas.  Aujourd’hui (dimanche 31 mars), il fait un peu plus calme, mais tous les autres jours, on n’entendait que des terribles coups de feu. Même en Haïti, je n’entendait pas cela, je n’étais pas aussi stressé. Et je suis heureux de savoir que les confrères prient pour moi.

Qui sont ces attaquants ? Des « rebelles » ? Mais les gens du quarter disent que ce sont la plupart des étrangers qui ressemblent bien plus à des pillards qu’à des rebelles. D’ailleurs, on parle de + de 200 véhicules neufs remplis de bien qui auraient déjà franchi la frontière. Soudan, Tchad : ???

 

Quelques infos sur des sites :

 

http://fr.wikinews.org/wiki/RCA_:_la_S%C3%A9l%C3%A9ka_%C3%A0_Bangui,_Boziz%C3%A9_prend_la_fuite

 

http://www.lefigaro.fr/international/2013/03/24/01003-20130324ARTFIG00151-en-centrafrique-les-rebelles-prennent-bangui.php

La capitale centrafricaine est tombée presque sans résistance. Dimanche, au bout d'une offensive éclair lancée à l'aube, les combattants de la Séléka ont envahi Bangui, prenant le centre-ville en à peine plus d'une heure avant de se rendre maîtres du palais présidentiel. Massés aux portes de Bangui depuis samedi soir, les rebelles n'avaient pas caché leur intention d'envahir la ville au plus vite. «L'opération a été brève. Nous avons pris le palais», a expliqué Djouma Narkoyo, l'un des chefs militaires du mouvement joint par téléphone. Le chef de l'État, François Bozizé, avait, lui, pris la fuite depuis plusieurs heures. Un départconfirmé par le Quai d'Orsay. Dix ans après avoir pris le pouvoir par les armes, Bozizé est à son tour parti, lâché tant par ses «amis» étrangers que par les siens.