Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
Captcha
Recopier le code :
112 Abonnés
Nouvelles classées
+ Année 2017
 -  Année 2016
+ Année 2015
+ Année 2014
+ Année 2013
+ Année 2012
+ Année 2011
Archives revue
Infos
Visites

 223295 visiteurs

 3 visiteurs en ligne


La langue du sourire - par webMaster le 29/08/2016 @ 09:42

 

 

DU CONGO, PHILIPPINES, USA : le langage sourire.  

 

Nous avons rencontré Frédéric Mizengo à Bruxelles, lors de son passage vers les USA après son congé en RDC, son pays natal : une trop brève conversation.

 

Aux Philippines

      Dans ce pays, j’ai étudié la théologie pendant quatre ans. Les débuts furent difficiles, car même si je connaissais un peu l’anglais, il m’était difficile de parler avec les gens, puisque je ne connaissais rien de la langue locale, je ne pouvais que sourire. Après un temps, je commençais à me faire comprendre, et les progrès furent rapides.

     Si on me demande ce que j’ai trouvé de différent entre mon pays le Congo et ici, je dirai que chez moi, on a l’habitude de parler beaucoup, fort haut et de très vite commencer à communiquer avec les autres. Par contre, les Philippins sont plus réservés, plus calme dans leurs conversations. Après un temps, on s’y habitue et on peut très facilement communiquer, et j’ai trouvé la population très intéressante.

 

USA

     J’ai été ordonné il y a trois ans, et depuis, je suis vicaire aux USA dans un faubourg de San Antonio habitée par beaucoup d’étrangers, surtout d’origine mexicaine. Dans ma jeunesse, j’ai beaucoup fréquenté les mouvements de jeunesse comme St Kizito et Annuarite, c’est ainsi que probablement, je suis très fort engagé avec la jeunesse avec le groupe « Teens ». Chaque mardi, nous nous retrouvons pour des activités très diverses : jeux, distractions, discussions, et les jeunes peuvent parler de leurs problèmes.

     J’ai été étonné de voir comment ces jeunes participent à l’adoration régulière pendant laquelle, je reçois les confessions. Mais je dois m’adapter, car ici aux USA, je dois garder une certaine réserve et distance vis-à-vis des jeunes. Ce n’est pas comme au Congo, où on fraternise de très près et avec chaleur. De plus, les parents n’aiment vraiment pas que l’on réprimande leurs rejetons !

      Enfin, ce qui m’a frappé aussi, c’est la vitalité de l’Église et la foule qui participe aux offices. Les églises sont pleines, et le culte toujours bien mouvementé.