Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
Captcha
Recopier le code :
119 Abonnés
Nouvelles classées
 -  Année 2017
+ Année 2016
+ Année 2015
+ Année 2014
+ Année 2013
+ Année 2012
+ Année 2011
Archives revue
Infos
Visites

 233247 visiteurs

 3 visiteurs en ligne


 

Au Congo, le retard de la mise en oeuvre d'un partage du pouvoir afin de diriger le pays en attendant les élections prévues pour la fin d'année est la cause de bien des exactions dont les médias européens parlent peu.

    Quelques "meneurs" ont ainsi accusé les Evêques catholiques de freiner la mise en place de cette instance de pouvoir afin de protéger des intérêts personnels (lesquels ???). Suite à cela, en plusieurs endroits du Congo, des bandits ont attaqué les symboles catholiques. A Boma, c'est la communauté des religieuses à 22 km de la ville qui a été pillée, plusieurs communautés ont également été attaquées et pillées en plusieurs endroits du Congo.Ces jours-ci, ce sont les soeurs du diocèse de Luebo (qui appartenait avant à Kananga) qui alertent le monde :l 'église de Ndoko vient d'être pillée, hosties dispersées etc...

    Mais la population locale de Kananga est aux prises à des exactions encore plus terribles. En effet,  la commission diocésaine signale une série de tueries dans la ville. Des militaires pénètrent dans les maisons en exigeant de l'argent et n'hésitent pas à  tuer. Sans parler évidemment des drames qui continuent à être perpétrés dans le Nod Kivu

   Tout cela évidemment, en grande partie à cause du manque d'un gouvernement stable, solide et intègre. Et même s'il y a des élections et que Kabila part, une bonne partie de la population n'a pas confiance à un successeur : si on chasse Kabila et qu'on met un autre, lui aussi commencera par s'enrichir et à enrichir sa famille et amis.

Pour nous Belges, inutile de culpabiliser nos amis Congolais. Il y a près de 200 ans que nous avons conquis notre indépendance, et pourtant fraude et évasions fiscales (40 milliards), détournements, jeux d'influence, collusion entre le politique et hommes d'affaires, tout cela continue. Et comme dans le monde entier, ce sont toujours les classes moyennes et les plus pauvres qui en subissent les conséquences.

 

De plus, il est fort probable que, la manière dont nous avons "colonisé" le Congo est en partie responsable de la situation actuelle. Comment fallait-il faire pour préparer l'Indépendance ? Impossible de répondre à cette question. De plus, il faut toujours tenir compte de l'époque et des circonstances.

De toutes façons,culpabiliser nos amis Congolais ou nous culpabiliser nous-mêmes ne mène à rien.

Essayer de panser les blessures est de loin plus efficace.