Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
Captcha
Recopier le code :
138 Abonnés
Nouvelles classées
 -  Année 2018
+ Année 2017
+ Année 2016
+ Année 2015
+ Année 2014
+ Année 2013
+ Année 2012
+ Année 2011
Archives revue
Infos
Visites

 290637 visiteurs

 11 visiteurs en ligne


Deux fois par an, nous nous réunissons afin de partager sur le thème afin de nous encourager et nous informer.

 

RENCONTRE COJUPA 4 mai 2018
Prochaine à Foy-ND le jeudi 11 octobre à partir de 10h
 
Cette fois, c’est à FEXHE près de Liers en province de Liège chez Nicolas que nous nous sommes retrouvés et le partage a été particulièrement riche. Il est impossible ici d’en reprendre l’entièreté, mais au moins les grandes lignes.
 
Couloir humanitaire
     Nous savons que depuis un an des visas ont été obtenus pour 150 Syriens qui avaient fui leur pays et se trouvaient dans des camps de réfugiés au Liban, Turquie… Une action soutenue par les différents cultes reconnus en Belgique. Les autorités belges s’occupent du contrôle de sécurité et de la délivrance des visas humanitaires. Les cultes reconnus prennent en charge l’accueil et l’accompagnement en vue de favoriser l’intégration. . Jusqu’à présent 38 personnes (dont 11 familles) sont arrivées ; les 112 réfugiés arriveront dans les prochains mois. 3 familles ont été accueillies par le diocèse de Liège (Sant’Egidio et Caritas).  De leur côté, les communautés chrétiennes et autres se mobilisent pour récolter les fonds afin de les soutenir, car ces familles n’ont droit à aucune aide du CPAS tant que leur candidature n’a pas été acceptée. Parmi ces candidats, certains avaient un métier chez eux : coiffeur, fleuriste…
 
À Malines, près de 150 personnes avaient déjà bénéficié de ce service de Sant’Egidio, mais il s’agissait de chrétiens victimes de la persécution. Aujourd’hui, ce « couloir » ne fait plus de différence de la religion.
 
Plateforme citoyenne
      Une formidable démonstration de solidarité (ndlr : qui montre que s’il y a de moins en moins de pratiquants dans les églises, il y en a toujours dans la vie, même s’ils ne sont pas « croyants »). Plusieurs fois Jean en a fait loger 3 chez lui sur des matelas à terre, mais a arrêté, étant donné le nombre de bénévoles qui le font. Certains viennent même de Liège ou autre part pour les accueillir plusieurs jours.
 
      De son côté, avec l’accord du recteur, Jan Raquet a accueilli provisoirement une personne sortie de prison avec un bracelet électronique. Ces personnes ne peuvent bénéficier de cet avantage que s’ils ont un domicile et un téléphone fixe à portée.
 
La nouvelle nomination de Félicien comme responsable du sanctuaire de Foy-ND près de Dinant a été l’occasion de beaucoup de questions : différence entre paroisse et sanctuaire, nombre de pèlerinages, leur origine etc…. Si Félicien a moins de travail au niveau de la paroisse, il a en a plus par rapport au sanctuaire.
   
     Régulièrement, des pèlerins lui demandent des prières ou imposition des mains en vue de leur guérison. En effet, les murs du sanctuaire sont couverts d’ex-votos en remerciement pour des guérisons. Mais Félicien refuse de tomber dans le piège, et délicatement il renvoie les personnes à leur foi personnelle, et rappel est fait que le ministère d’exorciste est réservé à une personne dans le diocèse.
Mais il reste en contact avec les groupes de jeunes qui s’étaient créés dans sa paroisse précédente. Il y a le groupe de jeunes supporters du Standard de liège, mais il y a aussi un groupe de jeunes plus âgés et mieux structurés attentifs aux problèmes de justice et développement dans le monde. En réfléchissant sur le thème de la paix, ils se sont rendu compte que c’est le mensonge qui provoque bien souvent des troubles. 
 
    Ils sont déjà allés au Gabon et au Congo Brazza, chaque fois avec du matériel acheté en Belgique : pots de couleur, livres …. L’objectif est de travailler le matin avec les jeunes de la région et participer à des ateliers l’après-midi. Ce sont des rencontres très positives pour tous. Ils voulaient aller à Kin cette année, mais la situation et le manque actuel de moyens les en a dissuadés.
 
Responsable de l’UP, Nicolas a bien plus de travail qu’auparavant, mais il reste toujours attentif à la St Vincent de Paul créée à l’époque par Luc Lohest. Les personnes en parlent encore souvent. Il ne s’agit pas simplement de distribuer de la nourriture, mais aussi d’aider les personnes à s’en sortir. Un bénévole reçoit ceux qui le demandent pour des questions par rapport à leurs droits, les démarches à faire ou simplement déchiffrer le charabia des documents administratifs.
   
Nicolas précise que depuis le départ d’un bénévole assez agressif, l’ambiance générale est de loin meilleure. En effet, pour cette personne, il fallait aider prioritairement les personnes d’origine belge, les autres ne sont que des profiteurs. Heureusement il a donné sa démission.
 
À Liège, l’opération Thermos a fermé ses portes puisque c’est uniquement en hiver qu’ils se mobilisent. Pourtant, un groupe de bénévoles a organisé avec Jacques un « thermos-dimanche ». Ils avaient remarqué que le dimanche, tous les restaurants sociaux et lieux d’accueil sont fermés et les gars errent dans la ville.
     
C’est dans le local de Thermos près de la gare du Palais qu’ils avaient commencé à distribuer des repas. Malheureusement, ils ont dû fermer provisoirement à cause de la violence : pas celle des personnes aidées, mais celle venant d’un groupe de jeunes de 20 à 30 ans. Ils veulent passer avant tout le monde, provoquent les personnes et créent un grand désordre et des bagarres. La police a été appelée plusieurs fois. Actuellement les bénévoles attendent et réfléchissent.
    Il faut noter que dans la gare centrale à Bruxelles, lors de la distribution de nourriture, Thermos a été affronté exactement au même problème et au même type de personnes. Heureusement, comme la distribution se faisait dans un lieu public, la police pouvait passer beaucoup plus régulièrement. Aujourd’hui Thermos/Bruxelles a changé de lieu, mais bénéficient toujours d’une garde bien stricte.
 
Bâtiments vides
    Il y a une vingtaine d’années, l’évêque de Bruxelles avait ordonné un audit concernant les propriétés des Fabriques d’église autres que les lieux de culte. Un audit plus ou moins semblable avait été ordonné pour les bâtiments appartenant à des congrégations religieuses ou monastères. 
 
Cet audit a révélé que plusieurs Fabriques d’église continuaient à entretenir des bâtiments inoccupés, de même que des congrégations religieuses. Par après, l’évêché a été plus loin en créant une agence immobilière sociale afin d’aider ces fabriques et congrégations à mettre en valeur leur patrimoine et une agence immobilière sociale a été créée : AIS Frédéric Ozanam (fondateur de St Vincent de Pol)
 
De son côté, le diocèse de Liège se lance dans une vaste opération « Objectif 2020 directoire diocésain pour la gestion du temporel des cultes ». NB : à la lecture du document publié par le chanoine De Beukelaer, il semble qu’il s’agisse prioritairement des bâtiments liés au culte comme les églises et secondairement des presbytères, mais pas d’éventuels autres bâtiments comme dans certaines paroisses de grandes villes. Plus tard peut-être ils s’intéresseront peut-être à certains bâtiments appartenant à des Instituts religieux.
 
Prochaine rencontre chez Félicien à Foy-ND. La gare de Dinant n’est pas loin : JEUDI 11 OCTOBRE A PARTIR DE 10 h.